Questions fréquentes

Penchack Silat /MDS quelles différences ?

Le Penchak Silat est un art martial indonésien qui signifie « L’aptitude à combattre avec des mouvements variés et appropriés ».

Il est issu de deux courants : Le Penchak qui se définit comme « Les mouvements habiles et variés du corps » et le Silat qui se définit comme « L’art de combattre ».
photo de 3 indonésiens pratiquants le penchak silat
(Image by AgusTriyanto from Pixabay)

Il englobe tous les aspects du combat (les percussions, les balayages, les projections, les clés, contre et avec armes…). Utilisé par les commandos indonésiens, l’objectif du penchak silat est l’efficacité en combat réel basée sur des fondamentaux « chemin le plus court, défense et contre-attaque simultanées, travail de la vitesse et attaque des points vitaux ».

Le penchak silat se décline sur trois dimensions : une pratique traditionnelle et spirituelle, une pratique sportive et de compétition et une pratique self défense.

Fred Mastro a pratiqué le penchak silat pendant une vingtaine d’années et plus particulièrement son application à la self défense qu’il a adapté à l’exercice de la sécurité sous l’appellation Silat Defence System. Il y a donc de nombreuses affinités entre le Silat et le MDS dans lequel on va retrouver certains fondamentaux et principes comme la fluidité, l’explosivité, la vitesse d’exécution et l’attaque des points sensibles.

Le MDS, dans sa démarche d’efficacité, va en permanence chercher à raccourcir les mouvements. Seuls les mouvements adaptés à monsieur et madame « tout le monde » et à la self défense vont être conservés et utilisés. Le MDS en tant que méthode de self défense contemporaine s’adapte à la violence d’aujourd’hui mais aussi à la législation et aux règles de la légitime défense.
On va donc éviter les actions létales au niveau des cervicales et de la gorge qui sont omniprésentes en silat et se limiter aux actions nécessaires pour stopper une agression.

En penchak silat, comme dans de nombreux arts martiaux, on porte un kimono et une ceinture relative à un grade. Et, toujours comme dans de nombreux arts martiaux, on va retrouver des enchaînements et des combinaisons de mouvements codifiés, comme les katas du karaté ou encore les taos du kung fu, appelés Langkas et des exercices de déplacements appelés Jurus. MDS et Silat Defence System en tant qu’application du Silat à la self défense restent proches quant à leurs objectifs communs et se retrouvent sur de nombreux points.
Venez découvrir le M.D.S à Dijon !